A propos

Depuis la nuit des temps, les êtres humains sont à la recherche perpétuelle de l’amélioration de leur santé par l’exploration de voies multiples. De nos jours, deux tendances semblent se dessiner. Certains choisissent la méthode de la « facilité », en croyant que la prise de médicaments est en mesure de résoudre tous les problèmes de santé actuels et d’en prévenir les futurs. D’autres en revanche, préfèrent suivre la méthode de la prévention.

Malgré les progrès de la médecine moderne, l’homme est malade. Pour la première fois dans l’humanité, nos enfants sont en plus mauvaise santé que nous. Cette génération Coca, Mc Do ne fera pas des centenaires ! A force d’aller contre la nature, les troubles apparaissent et se font de plus en plus nombreux. Nous pouvons tous obtenir une meilleure forme en mangeant mieux et en respectant les conseils simples de prévention.

« Primum non nocere » = Avant tout ne pas nuire. Une des règles d’or d’Hippocrate.

Du point de vue de la naturopathie, la maladie est une tentative de l’organisme pour se nettoyer : le corps veut se dégager de ce qui l’encombre et provoque une crise d’élimination. La nature tend spontanément vers une harmonie et refuse tout déséquilibre.

Les médecines alternatives douces par rapport aux médecines conventionnelles, plutôt que d’agresser des malades avec des médicaments qui peuvent se révéler toxiques, elles aident l’organisme à reconstituer ses défenses naturelles. Soulager la souffrance le plus efficacement possible et avec le moins d’effets secondaires possibles. La plupart des gens croient qu’un médicament efficace, c’est celui qui agit immédiatement (c’est l’époque du tout tout de suite !) alors qu’en fait, un médicament efficace c’est celui qui agit durablement et définitivement.

« Devant l’accumulation des risques d’une surmédicalisation que plus personne ne contrôle, il est temps que nous fassions entrer les méthodes de traitement naturelles dans notre culture médicale »        David Servan Schreiber

IMPORTANT :

Ne pas séparer le corps et le mental, ils sont liés, tous ceux qui pensent que la maladie, aussi bénigne soit elle, n’a rien à voir avec notre tête, changez tout de suite de site et allez sur Doctissimo, cela vous conviendra certainement mieux !

La médecine a tendance à nous déresponsabiliser. Elle veut nous faire croire que « c’est la faute à pas de chance », que nous n’y sommes pour rien, que c’est comme ça…Pourtant, nous ne contractons pas les mêmes maladies ! C’est donc bien qu’elles sont reliées à notre histoire personnelle, que cela soit notre hygiène de vie ou nos émotions. Dénoncer nos erreurs alimentaires et travailler à dépasser nos conflits psychologiques, voilà ce qui peut faire de nous des êtres responsables de nos vies et de notre santé.

Soyons réalistes, de quoi est constituée notre alimentation : De farine de blé (pâtes, pizza, pain, gâteaux, etc…), de produits laitiers (yaourt, beurre, crème, lait, etc… et de viande (bœuf). Alors qu’on devrait supprimer ces aliments. Ils sont le germe d’intolérance au gluten, à la caséine et à l’acidité de notre organisme. Ces aliments sont la cause de la plupart des maladies.

Avez-vous pensé que nous sommes responsables de nos 6 milliards de cellules, comme si nous avions à notre disposition 6 milliards d’employés exclusivement à notre service pour être en bonne santé ? Comment les nourrit-on ? Quels sont leurs horaires de travail ? Prennent-ils des vacances ? Ont-ils bon moral ou faut-il parfois s’occuper de leurs émotions et de leurs sentiments ? Quand certains sont malades, que fait-on ? Et en cas de grève générale ?

Le corps veut nous parler, nous transmettre un message voilà pourquoi il « tombe malade » et il est important de ne pas supprimer le symptôme, comme s’évertue à le faire notre médecine actuelle.

La preuve : « Maladie » signifie « Mal à dire…. ». Le corps s’exprime des maux qui s’impriment. Et en fait, la maladie cherche à me guérir tout simplement.

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *